qu'est ce que le cancer ????

LE CANCER :

Le cancer est une maladie grave, de mieux en mieux soignée mais encore trop souvent mortelle.
Mais à quoi correspond précisément cette maladie d'un point de vue scientifique ?

Le cancer est une anomalie, un dysfonctionnement qui touche des cellules de notre organisme.

Notre corps est composé d’une multitude de cellules, dont chacune est spécialisée dans une fonction bien précise, comme par exemple filtrer les impuretés du sang (cellules rénales) ou transporter l’oxygène dans l’ensemble de l’organisme (cellules sanguines).

Ces cellules ont leur cycle de vie : chaque jour, des milliers d’entre elles meurent (on parle d’apoptose, c’est-à-dire de mort programmée de la cellule) et sont remplacées par de nouvelles cellules. Les cellules se renouvellent en se divisant.

On parle de cancer quand un type de cellule se multiplie de façon anormale et anarchique.

Il existe plus d’une centaine de formes de cancers, dont la gravité est variable. Toutes les parties du corps peuvent être atteintes.
COMPRENDRE CE QUI SE PASSE :

 La cellule est l’élément de base du vivant (animal ou végétal).
Notre organisme se compose d’environ 60 000 milliards de cellules.
Chaque jour, 200 milliards de cellules meurent et sont remplacées par 200 milliards de nouvelles cellules. Chaque nouvelle cellule remplit exactement la même fonction que la cellule morte qu’elle remplace.

C’est le génome de chaque cellule qui contrôle son fonctionnement.
Le génome est le patrimoine génétique de la cellule, porté dans son noyau : il contient environ 100 000 gènes, qui «donnent des ordres» à la cellule (se diviser, se spécialiser … ou mourir). Il permet à la cellule de vivre harmonieusement avec son environnement (échanges avec les cellules voisines) et de jouer son rôle dans l’organisme.

Le génome de la cellule cancéreuse est abîmé : les ordres qu’il lui donne sont erronés et la cellule ne peut plus fonctionner normalement.

Les cellules cancéreuses, comparées aux cellules normales, se caractérisent par :
  • l’immortalité : contrairement aux cellules normales, dont le nombre de divisions est limité, les cellules cancéreuses se reproduisent à l’infini.
  • l’indépendance : elles ne respectent plus les « lois » de l’organisme et n’obéissent plus aux messages de leurs voisines.
  • l’incapacité à fabriquer des cellules spécialisées.
  • la capacité d’infiltration et de migration : alors que les cellules normales sont reliées entre elles afin de communiquer et de rester dans le tissu auquel elles appartiennent, les cellules cancéreuses ne sont pas liées à leurs voisines saines et peuvent donc s’infiltrer dans d’autres tissus et quitter leur zone d’origine. C’est ainsi que se constituent les métastases.
  • la capacité de créer un réseau de nouveaux vaisseaux sanguins leur permettant de recevoir les nutriments et l’oxygène nécessaires à leur croissance.

    COMMENT LES GENES INTERVIENNENT ILS ?

    L’ADN se trouvant dans le noyau de chacune de nos cellules contient notre capital génétique. Il s’agit d’une sorte de mode d’emploi dont chaque page serait un gène.
    Chaque gène contient les informations nécessaires pour que la cellule puisse fabriquer certaines protéines (ensemble de molécules indispensables à la vie).
    Si un gène est défaillant (c’est-à-dire s’il y a une erreur sur une page du mode d’emploi), la cellule fabrique la protéine de façon incorrecte :
    • soit elle fabrique une protéine anormale
    • soit elle fabrique une protéine normale mais en trop grande quantité
    • soit elle fabrique une protéine normale mais au mauvais moment.
    Les cellules normales
    • Elles possèdent des gènes (appelés proto-oncogènes) susceptibles, en cas de mutation, de devenir cancérogènes (on les appelle alors oncogènes) et donc de déclencher un processus cancéreux en transformant une cellule normale en cellule cancéreuse. Ainsi, il arrive que ces gènes fabriquent mal les protéines chargées de réguler la reproduction cellulaire (les cellules se reproduisent en se divisant : chacune donne naissance à 2 nouvelles cellules qui lui sont identiques en tous points) et/ou la différenciation cellulaire (chaque type de cellule a une fonction particulière).
    • Elles possèdent aussi des gènes appelés « suppresseurs de tumeurs », les anti-oncogènes, qui empêchent la cellule de devenir cancéreuse même si elle possède un oncogène. Cependant, ces anti-oncogènes peuvent être altérés et ne plus jouer leur rôle protecteur.
    Pourquoi un gène mute-t-il ?
    On connaît plusieurs raisons à ces mutations génétiques.
    • La cellule commet une erreur au moment de sa division (appelée mitose) : pour transmettre son capital génétique à ses 2 « cellules – filles », elle doit faire une copie de son ADN (réplication). Des erreurs de copie surviennent fréquemment, mais la plupart de temps, elles sont réparées immédiatement. Dans le cas contraire, les erreurs sont transmises aux cellules filles qui, dès lors, sont porteuses de la mutation génétique.
    • L’environnement peut être source de mutation génétique : virus, rayons ultra-violets ou produits chimiques peuvent abîmer l’ADN et provoquer la transformation des proto-oncogènes en oncogènes.
    Comment la cellule réagit-elle à ces mutations génétiques ?
    • Elle possède un système de contrôle lui permettant de détecter les mutations et donc de les réparer.
    • Si elle ne peut pas réparer l’erreur, la cellule peut s’autodétruire (apoptose).
    • Si les erreurs (les altérations) sont trop nombreuses, ou si les systèmes de contrôles sont également lésés, les cellules anormales se multiplient et forment une tumeur.

 

11 votes. Moyenne 3.55 sur 5.